Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 10:55

Sauve-toi, la vie t’appelle par Boris Cyrulnik,  

Éditions Odile Jacob, 2012, 291 pages

 

 

Au départ, Boris Cyrulnik ne voulait pas écrire une autobiographie mais c’est « en déroulant le fil » à partir de son arrestation, à Bordeaux, le 10 janvier 1944, qu’il a finalement livré, avec talent, l’histoire de sa vie.

Neuropsychiatre de renommée internationale, Boris Cyrulnik explique qu’il est né deux fois : le 26 juillet 1937, jour où il est venu au monde, et lorsqu’il a été arrêté dans son lit par des hommes armés. Il avait 6 ans. Ce jour-là, il s’est senti « condamné à mort pour crime qu’il allait commettre… »

Au fil des pages, il détaille ses souvenirs, les confronte à d’autres témoignages et se rend compte de certaines inexactitudes, exagérations ou minorations. Quelques images lui reviennent alors qu’il avait deux ans mais il se demande si cela ne vient pas de photos vues après guerre. Ainsi, il se rend compte que nous agençons des souvenirs épars et que nous recomposons le passé. « En faisant converger ces sources différentes, je me suis fabriqué un souvenir cohérent. » Il constate aussi : Dans une même situation, chacun construit des souvenirs différents ».

 

 

Placé à l’Assistance publique par sa mère, la veille du jour où celle-ci va être arrêtée, il va ainsi passer de l’un à l’autre, encaissant traumatismes et frustrations. Les détails qu’il donne, permettent de comprendre un peu mieux cette période si difficile de notre Histoire : l’Occupation. Quand la paix arrive, rien n’est résolu pour notre garçon qui se voit obligé de se taire car on ne l’écoute pas, on ne le croit pas.

Se considérant comme un petit vieux à l’âge de 10 ans, il affirme « qu’on ne provoque pas l’attachement d’un enfant en le gavant. On l’écoeure, c’est tout. C’est en le sécurisant et en jouant avec lui qu’on tisse ce lien. »

Dès 11 ans, il voulait devenir psychiatre et l’a écrit dans une rédaction. Heureux à Paris avec Dora « la belle danseuse » et Émile «  le costaud scientifique », il constate que, dans l’après-guerre, on oublie tous les juifs qui ont combattu. Ballotté entre Dora et Margot, à Bordeaux, ayant connu aussi les institutions, il cite Georges Pérec, « son frère d’âme ». il connaît le bouillonnement artistique de Paris entre Barbès et Pigalle où il fréquente le lycée Jacques-Decoux. Boris Cyrulnik reconnaît même : Si j’avais été équilibré, je n’aurais pas eu besoin de ce rêve fou : devenir psychiatre ! »

Souvent, il revient sur ce qu’il a vécu dans son enfance avant de parler de sa carrière politique qui débute à … 14 ans, au Parti Communiste, pour cesser deux ans plus tard. Il termine en s’appuyant davantage sur l’évolution des mentalités après la guerre ; il compare le récit supportable d’Anne Frank et celui, glacial, de Primo Levi. Quand il parle du procès Papon, c’est pour affirmer que la mémoire historique n’est pas la mémoire narrative. On a encore fait taire les survivants !

Boris Cyrulnik sait que, pour s’en sortir, il vaut mieux comprendre et pardonner : « Haïr, c’est demeurer prisonnier du passé. »

Bonne lecture !

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires