Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 20:18

L’impasse   par   Antoine Choplin

La Fosse aux ours, 2006, 152 p.

 

9782912042811.jpgLire Antoine Choplin est toujours très agréable. C’est pourquoi, après Le héron de Guernica et La nuit tombée, nous n’avons pas hésité à nous plonger dans un roman antérieur, son sixième texte édité.

 

Dans L’impasse, nous ne savons pas où nous nous trouvons. Est-ce la Tchétchénie comme évoqué sur la quatrième de couverture, est-ce un autre territoire dévasté par la haine des hommes envers leurs semblables ? Cela n’a que peu d’importance tant les mêmes scènes peuvent se reproduire ici ou là sur notre planète.

 

Le capitaine Kalinski et ses trois hommes (Romanov, Vologuine et Youssov) nous plongent d’emblée, sans ménagement, dans une scène horrible avec deux vieillards ridiculisés, maltraités, torturés simplement pour le plaisir.

 

Parallèlement, l’auteur nous fait vivre dans l’intimité d’une famille où plusieurs générations cohabitent : grand-mère Aïchat, Magomed et Zarema sa femme, Moumadi, Timour, Louisa, sans oublier Hard-rock, le lapin…

Heureusement, il y a la rencontre assez magique entre Timour et Oleg Youssov, un type bien, un géant, athlète lanceur de poids. Tous les deux, ils ont en commun une passion pour l’athlétisme et Giacometti. C’est dans la bibliothèque de l’Institut dévasté par la guerre qu’ils font connaissance et se retrouvent.

 

Malgré cela, la tension est palpable à chaque page : « La guerre est finie, peut-être, déclare Timour, mais il y a partout sa marque, pour longtemps, et le feu des canons brûle au fond des crânes. Il y brûlera encore et encore. Les regards des hommes seront vides et asséchés. »

 

L’atmosphère devient de plus en plus pesante dans cette impasse que Kalinski veut « nettoyer ». On apprend que Timour et sa famille se sont installés ici après la destruction de leur immeuble. Les drames et l’angoisse sont encore bien présents dans tous les coins de la ville. Malgré tout, la rentrée peut avoir lieu à l’Institut… sous surveillance militaire mais même si Louisa danse remarquablement pour « oublier  tout ça », Kalinski menace toujours…

 

Fidèle à son habitude et à son style d’écriture, Antoine Choplin démontre, une fois de plus, tout son talent pour décrire et faire ressentir toute la complexité des rapports humains. Enfin, même dans les moments les plus graves, il laisse percer quelques lueurs d’espoir.

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires