Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 00:01

Des gens très bien d’Alexandre Jardin chez Grasset, 2011, 300 pages.

 

poster_80532.jpgCe livre écrit à la première personne, commence très fort et il s’en dégage, tout au long de la lecture, une impression pénible, désagréable, une gêne sûrement salvatrice mais difficile à accepter.

En effet, Alexandre Jardin, auteur à succès très connu, fils de Pascal Jardin (le Zubial) qui a fait carrière aussi dans la littérature, parle de son grand-père, Jean Jardin, dit le Nain jaune, qui fut le principal collaborateur de Pierre Laval, du 20 avril 1942 au 30 octobre 1943, à Vichy. En tant que directeur de cabinet du Vice-président du Conseil dirigé par le Maréchal Pétain, Jean Jardin, fidèle et loyal serviteur, a livré des juifs par familles entières, sans oublier les enfants. Durant cette période pendant laquelle le Nain Jaune a travaillé au plus près du chef d’un gouvernement qui collaborait avec l’occupant, il y a une date terrible : le 16 juillet 1942, jour de la rafle du Vel’ d’Hiv. Or, ce sont les policiers et les gendarmes français qui ont arrêté ces milliers de gens, faisant souvent du zèle et les envoyant à la mort. Tout au long du livre, Alexandre Jardin s’emploie à décortiquer le mécanisme de cette logique infernale et dénonce le silence qui a suivi, permettant de protéger les puissants personnages compromis durant cette période de notre histoire.

Au cours de la lecture, Alexandre Jardin explique pourquoi il a été à l’initiative de l’opération Lire et faire lire1. Ainsi, nous comprenons tout l’engagement de cet écrivain pour que les enfants lisent, une action qui devrait sans cesse être mise en valeur.

Le livre se termine par une conversation imaginaire entre l’auteur et son grand-père, un soir, à Vichy. Celui-ci, persuadé de faire le bien, explique sa logique mais ses justifications, décortiquées tout au long de l’ouvrage, laissent sceptique. Alexandre Jardin, en écrivant Des gens très bien, a voulu rétablir une vérité trop longtemps cachée, parce qu’elle dérange trop de monde et en particulier, sa propre famille. Ainsi, il a fait preuve de beaucoup de courage.

 

Jean-Paul

Un grand merci à Agnès qui m’a permis de lire et d’apprécier ce livre.


1Grâce à Vincent qui avait rencontré Alexandre Jardin, à Grenoble, j’avais tenté de lancer «lire et faire lire» à l’école publique de Sarras. Hélas, mes appels aux retraités étaient restés vains. Une seule personne, membre de la communauté des religieuses encore installée à Sarras à l’époque, avait proposé son aide mais ce n’était pas suffisant.

Quelques années après, j’ai été heureux d’apprendre que « lire et faire lire » fonctionnait bien à l’école grâce, en particulier, à quelques amis ayant pris leur retraite entre temps.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Agnès D. 06/11/2011 17:48



Contente de savoir
que Jean-Paul a apprécié le livre malgré la gêne qu'il a ressentie en le lisant ! Je
suis moi aussi très sensible à l'association d'A. Jardin qui est d'ailleurs active en Isère et notamment à Grenoble : http://ma-tvideo.france3.fr/video/iLyROoafYb2O.html.


Avis
aux amateurs de lecture (de plus de 50 ans) !