Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 09:25

325 000 francs par Roger Vailland, Éditions Buchet/Chastel, 2003,208 pages.

 

Il faut absolument lire ce roman, chef-d’œuvre de Roger Vailland, paru en 1955, et que les Éditions Buchet/Chastel ont eu la très bonne idée de rééditer.

 

Le récit est direct, percutant, efficace et émouvant, de bout en bout. Tout commence par le Circuit cycliste de Bionnas (Jura) qui attire chaque année les meilleurs coureurs de six départements : l’Ain, le Rhône, l’Isère, le Jura et les deux Savoie. Roger Vailland fait vivre la course de façon superbe et met en place, en même temps, tous les protagonistes du drame qui se prépare.

 

Le narrateur et sa femme, Cordélia, rencontrent Marie-Jeanne (25 ans), lingère, petite amie de Bernard Busard (22 ans) qui court sous les couleurs de l’Étoile Cycliste de Bionnas. Dès le départ, la course est palpitante. Le Bressan, un coureur inconnu localement, va se mettre en évidence. Nous le retrouverons tout au long de l’histoire qui permet de prendre conscience des conditions de travail dans les usines de plastique où la presse à injecter permet de mouler des jouets et toutes sortes d’objets.

Busard ne veut pas passer sa vie à l’usine et Marie-jeanne pense comme lui. Un projet de snack-bar, entre Châlon et Mâcon, mobilise toute la détermination de notre homme à qui il manque 325 000 francs pour boucler son budget. Bravant les consignes syndicales, Busard entraîne le Bressan dans son projet fou : se relayer devant une presse, 24h/24, pendant 187 jours, 4 488 heures, afin de mouler  201 960 pièces et gagner chacun 325 000 francs, soit 49 546 euros.

 

L’histoire est haletante, inquiétante, oppressante souvent. Une modification technique sur les presses, visant à réduire le temps de refroidissement entre chaque pièce, impose deux jours de repos à tout le monde. Le Bressan et Busard en profitent pour refaire du vélo ensemble. C’est l’occasion pour ce dernier d’expliquer à son compagnon les subtilités de l’usage du dérailleur…

 

« Lever, détacher, baisser, trancher, séparer, jeter,  » les opérations se répètent à l’infini jusqu’à l’épuisement.

Bonne lecture !

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires