Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 00:01

Il y a des jours, des semaines voire des mois qui nous restent à jamais en travers de la gorge. Il y en a un que je n’arrive toujours pas à occulter de ma mémoire. Il s’agit, vous l’aurez deviné, du mois de mars 2010. La semaine du procès de Nîmes et sa terrible conclusion sont évidemment un traumatisme impossible à cicatriser mais exceptionnellement, ce n’est pas de ces évènements dont je vais parler en ce dimanche. C’est celui qui a eu lieu quelques jours avant le début du procès… celui de la mort d’un artiste, Jean Ferrat. Si je vous parle de lui, c’est tout simplement parce que Jean-Paul et Ghislaine, mes parents, m’ont élevé dans son univers musical d’artiste engagé. Vinyles et CD ont déferlé sans cesse sur la chaîne hifi et, sans vous mentir, à une période de mon adolescence, j’en étais quelque peu "écœuré". Mais la maturité grandissante, j’ai appris à apprécier cet artiste et même à adorer certaines de ses chansons.

hivert.jpg

 

Alors vendredi après-midi, lorsque j’ai branché l’autoradio sur France Inter et que j’ai entendu l’émission Là-bas si j’y suis  consacrée à Jean Ferrat, j’ai eu de nombreux frissons. J’ai ainsi vite appelé ma mère pour lui dire d’écouter et je demanderai, mercredi prochain lors du parloir avec Jean-Paul, s’il a pu l’entendre. Je me suis également souvenu du concert, organisé par le Comité de soutien, donné gracieusement par Alain Hivert où il reprenait avec brio le répertoire du chanteur ardéchois.

 

Alors je vous propose aujourd’hui, si vous n’avez pas eu l’occasion de le faire vendredi, d’entendre cette émission présentée par Daniel Mermet.


Simon

 

1ère partie

 

2ème partie

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Messages d'humeur
commenter cet article

commentaires