Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 08:30

De nouveau, nous vous présentons les articles écrits par Jean-Paul, le premier pour la rubrique européenne du journal et le second sur le ressenti des élèves français. Bonne lecture.

 

Boues rouges : une catastrophe pour la Hongrie (5/11/2010)

 

La catastrophe qui s’est produite le 4 octobre dernier en Hongrie, ne doit pas nous laisser indifférents. La marée de boue rouge toxique qui s’est échappée d’un réservoir de l’usine Magyar Alluminium (MAL), situé à 165 kilomètres au sud-est de Budapest, a détruit l’écosystème de plusieurs rivières et a même atteint le Danube.

Ce raz de marée de 1 million de mètres cube contenant de la soude, de l’alumine, du plomb, du cadmium et d’autres éléments radioactifs s’est étalé sur 40 km2, a tué 4 personnes dont une fillette de 4 mois, fait trois disparus et blessé 150 personnes. Cette boue provoque de graves lésions et brûlures de la peau et des irritations aux yeux. Elle va rendre stériles les sols recouverts. Il faudra enlever la couche de terre polluée et la remplacer pour permettre de nouvelles cultures éventuelles. Kolantar, un village de 800 habitants a du être évacué en une heure. « Heureusement, les réserves d’eau potable, situées beaucoup plus profondément, n’ont pas été affectées », a déclaré Sandor Pinter, ministre hongrois de l’intérieur. Pour combien de temps ? D’autres digues menacent de lâcher. Une gigantesque piscine contenant près de 80 millions de tonnes de glaise recouvrant la surface de vingt terrains de football constitue une nouvelle menace. Il faudrait mener de gigantesques travaux pour réparer les fissures dans les digues. Ni l’Etat, ni l’entreprise n’ont les moyens de financer un tel chantier.

Aucune solution ne peut rassurer la population qui a tout perdu dans cette catastrophe. S’il pleut, cela va diluer la boue et étendre encore plus la pollution. S’il fait sec, le vent soulève la poussière. Le port de masque et de lunettes de protections est devenu obligatoire dans la région dévastée par l’inondation.

La production d’une tonne d’aluminium crée près de trois tonnes de boue rouge et le problème de stockage se révèle ainsi au grand jour. La tentation est grande d’économiser sur la gestion de ces déchets extraordinairement importants et de négliger leur suivi.

Cela fait plusieurs années que les associations écologistes alertent le gouvernement hongrois sur les risques de ce stockage de boues rouges mais elles n’avaient pas été prises au sérieux jusque-là. Magyar Aluminium savait donc qu’il y avait trop de boues dans ses réservoirs entraînant une trop forte pression sur les digues. Recherche de productivité, volonté de diminuer les coûts d’exploitation, course vers toujours plus de profits… pour quelques bénéfices engrangés, le coût du désastre se révèle immense et même irréparable.

 

 

Mal être à l’école, faut-il croire aux sondages (5/11/2010)

 

 La nouvelle année scolaire est déjà bien entamée. Lorsqu’octobre arrive, la douceur des vacances d’été semble bien loin… Pourtant, une enquête récemment publiée par l’AFEV (Association de la Fondation Etudiante pour la Ville), vient nous alarmer sur l’Etat moral et mental des écoliers et des collégiens.

Avant de détailler les résultats de cette enquête, il est important de préciser qu’elle a été effectuée d’avril à juin 2010 auprès de 760 enfants (192 de primaire et 568 collégiens). Sans remettre en cause le sérieux de l’AFEV, il faut tout de même relativiser des conclusions portant sur si peu d’enfants.

Cette association, qui veut lutter contre l’échec scolaire, annonce que plus de 73% des enfants « aiment peu, voire pas du tout aller à l’école ou au collège ». Près du quart d’entre eux disent s’y ennuyer mais plus de la moitié reconnaît avoir été victime de violences, ce qui est grave. Sentiment d’échec scolaire, manque de confiance en soi, cela a des conséquences sur la santé et l’état général des enfants. C’est surtout au collège que l’on parle de « lieu de souffrance ».

Inquiétant pour notre pays, la comparaison des résultats scolaires des élèves de 15 ans dans 27 pays européens classe la France en 22ème position pour la qualité de vie à l’école. Peter Gumber, ex-journaliste, maintenant professeur à Sciences-Po Paris, critique une école qui humilie et casse ses élèves avec des remarques et des notes blessantes. Chaque enseignant devrait d’abord mettre l’accent sur les progrès de chaque élève, montrer tout l’intérêt qu’il lui porte et comprendre les difficultés qu’il rencontre. Chaque année, 120 000 jeunes sortent du système scolaire sans diplôme et chaque élève en difficulté stresse parce qu’il a peur d’être du nombre. Malgré tout, ils sont plus de 57% à avoir une opinion positive de leurs enseignants. Si ce pourcentage est encourageant, il semble notoirement insuffisant.

 

Jean-Paul  

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article

commentaires