Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 00:01

Voilà un nouvel éditorial consacré à l'évolution du statut de laSNCF publié par Jean-Paul dans le journal de la Maison d’arrêt. Rappelons que cette Classe d’Atelier Journal  lui permet de « s’échapper », quelques heures dans la semaine, de son enfermement. 

 

 

La SNCF démantelée (Éditorial du 25 février 2011)

 

Quand The Navigators, de Ken Loach a été diffusé en France, il y a une dizaine d’années, nous nous sommes dit que nous avions la chance d’avoir une Société nationale des chemins de fer qui, malgré des améliorations toujours nécessaires, fonctionnait bien. Voilà que, doucement mais sûrement, pour coller aux directives de l’UE, notre bonne SNCF se morcelle en sociétés différentes avec une tendance de plus en plus affirmée vers la sous-traitance.

En 1997,  a été créé Réseau ferré de France (RFF), un établissement public chargé de la gestion des voies qui sous-traite l’entretien à la …SNCF en exigeant des efforts de productivité. RFF fait payer l’usage de ses voies à la SNCF et fera de même pour les autres transporteurs qui circuleront bientôt sur notre réseau national : Veolia transport, la Deutsche Bahn…

Le dogme sacro-saint du libéralisme étant l’ouverture à la concurrence, la SNCF est devenue une holding comprenant une centaine de filiales dont certaines sont déjà sous statut privé. Ces filiales sont regroupées dans cinq branches : Voyages (TGV, grandes lignes), Proximité (TER, transiliens, intercités), Geodis (fret), Infrastructures et Gares. Ce morcellement et cette recherche constante de compétitivité, mettant de côté la notion essentielle de service public, donnent des résultats si désastreux que la ponctualité des trains passe sous la barre des 90%. L’exemple du « Paris-Nice-Port-Bou » risque donc de se reproduire de plus en plus. L’accident dramatique du 29 janvier dernier, en Allemagne devrait nous faire réfléchir puisque ce sont deux trains de compagnies différentes qui se sont percutés.

Ensuite, on ne peut passer sous silence le problème de l’emploi. En  2010, 4000 postes de conducteurs, de contrôleurs ou d’agents d’entretien ont été supprimés. Pour 2011, 1800 cheminots devraient disparaître. La mise en concurrence permanente oblige la SNCF à augmenter ses dépenses commerciales et surtout publicitaires. Si elle embauche, ce sont surtout des communicants parce que la maintenance des voies est de plus en plus sous-traitée. Pour investir dans l’avenir, il est indispensable d’anticiper des lignes à allonger et les réseaux à densifier. On ne peut pas pousser les gens à emprunter les transports en commun sans leur fournir un service public digne de ce nom.

 

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article

commentaires