Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 10:42

Le roi blanc    par    György Dragomán

Traduit du hongrois par Joëlle Dufeuilly. Titre original : A Fehér Király (2005)

Gallimard – Du monde entier (2009) 287 pages

 

Né en Roumanie, György Dragomán (photo ci-contre) a quitté ce pays à l’âge de 15 ans pour vivre en Hongrie. Dans Le roi blanc, livre traduit dans vingt-sept pays, il fait parler un garçon de onze ans qui fait partager sa vie quotidienne avec une franchise et une spontanéité émouvantes.

 

 

Dans la société totalitaire des années 1980, l’absurdité du mode de vie imposé par le pouvoir est de plus en plus fragrante. Non seulement la vie devient absurde mais les souffrances s’accumulent dans ce peuple au nom duquel les autorités sont censées gouverner.

 

 

Dès le début, on comprend que son père a été emmené, déporté à cause de ses idées qui déplaisent au pouvoir. Naïvement, son fils croit que des collègues l’ont emmené faire des recherches comme son poste de professeur l’aurait permis mais c’est dans un camp de travail sur le Danube qu’il est interné pour « atteinte à la sûreté de l’État ».

 

 

En bute aux moqueries de ses camarades, aux brimades de ses professeurs, notre garçon ne cesse de croire au retour de son père, même s’il ne donne plus de nouvelles après quelques cartes imposées par l’administration. D’un chapitre à l’autre, on souffre avec lui, on découvre une sombre brute, entraîneur de foot, les paris stupides entre garçons, ses premiers émois sexuels avec Iza, studieuse camarade de classe, une mauvaise blague faite par des hommes n’hésitant pas à faire travailler des enfants à leur place…

 

 

Les phrases sont très longues comme le récit d’un enfant qui ouvre son cœur et ne sait plus s’arrêter. Le récit est délicieux aussi avec des remarques sur le mode de vie, l’embrigadement des écoliers et les résultats trafiqués. Il doit même appeler son grand-père « camarade secrétaire » ! Il y a aussi une bataille épique dans les maïs, l’alcool que des adultes n’hésitent pas à faire boire aux enfants et ce petit Marius, (6 ans et demi) qui, affamé, fait du porte à porte pour vendre des cintres et des épingles à linge en bois.

 

 

On découvre aussi comment était géré l’approvisionnement de la population avec cette queue immense devant la supérette pour acheter des fruits exotiques, des oranges et des bananes… Notre garçon souffre avec sa mère et remarque : « … avant que papa ne soit emmené, elle ne cassait jamais rien, et ne claquait pas les portes, même quand elle se disputait avec papa… » Ils vont chez un « camarade ambassadeur » vivant dans quatre appartements regroupés pour lui seul. Sa mère tente de convaincre cet apparatchik d’intervenir en faveur de son mari mais la rencontre tourne mal et l’enfant s’empare alors d’une pièce en ivoire d’un jeu d’échecs : un roi blanc !

 

 

Toujours avec ce talisman dans la poche, il trouve la force de résister et d’espérer. Le livre se termine avec une scène terrible, atroce, insupportable qu’il ne faut pas raconter mais qui finit d’horrifier devant les perversions des régimes totalitaires

Jean-Paul

 

Merci à Vincent pour nous avoir offert ce livre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article

commentaires