Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 12:50

Dans les forêts de Sibérie    Février – Juillet 2010

par    Sylvain Tesson

nrf – Gallimard (2011), 266 pages.

 

Passer six mois, seul, au bord du lac Baïkal, Sylvain Tesson l’avait rêvé et il l’a réalisé, tenant son journal au jour le jour avec le talent d’écrivain qu’on lui connaît. Il faut plonger dans cette aventure physique, littéraire, humaine, tout simplement extraordinaire.

 

 

« J’ai connu l’hiver et le printemps, le bonheur, le désespoir et, finalement, la paix… Au fond de la taïga, je me suis métamorphosé. » En quelques mots, il résume ce qu’il a vécu mais essayons de l’accompagner un peu.

 

 

Après cinq heures de route sur les steppes glacées, le camion de Micha « ras la gueule », avec toutes ses provisions, le dépose au bord de ce lac de 700 km de long, 80 km de large, 1 500 m de profond avec une épaisseur de glace de 110 cm, à 450 m d’altitude. Il pense aux innocents jetés dans ce cauchemar alors que lui le fait de son plein gré. Sa cabane, 3 x 3 m, est un ancien abri de géologue dans une clairière de cèdres. Volodia, inspecteur forestier, a vécu là pendant 15 ans avec sa femme, Ludmila.

 

 

L’inventaire de son matériel fait une place au paracétamol pour effacer les effets de la vodka et à un drapeau français pour le 14 Juillet. Sa caisse de livres est très complète et on peut découvrir la liste de lectures idéales. Seul enfin, il écrit : « Je vais enfin savoir si j’ai une vie intérieure. »

 

 

Une fenêtre donne au sud, l’autre vers l’est et il va passer de longues heures, là, à regarder dehors : « … usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l’inspiration sortir. » Bien sûr, son poêle en fonte est très important car, à l’aube, il gèle dans la pièce et il faut vite rallumer le feu : « Lire, tirer de l’eau, couper le bois, écrire et verser le thé deviennent des liturgies… La forêt resserre ce que la ville disperse. »

 

 

De temps en temps, sa solitude est brisée par des visiteurs très désagréables comme ces notables d’Irkourtsk, dans leurs 4x4, apportant bruit, laideur, grégarité testotéronique… Ils font le tour du lac en huit jours, ce fossile liquide vieux de 25 millions d’années.

 

Le banya, version slave du sauna, permet de passer du feu à la glace car, dehors, il fait -30°… Véritable ermite, il se passionne pour des choses apparemment insignifiantes et pourtant essentielles comme cette mésange qui lui rend visite. Afin de briser la routine et pour explorer son environnement, Sylvain Tesson se lance dans beaucoup d’expéditions, découvre ainsi les montagnes alentour ainsi que l’autre versant, celui de la Léna et rend visite à ses plus proches voisins après… trois jours de marche.

 

 

Deux chiots lui sont offerts, Aïka et Bêk, précieux compagnons : « Je suis empereur d’une berge, seigneur de mes chiens, roi des Cèdres du Nord, protecteur des mésanges, allié des lynx et père des ours. »

 

 

Il pêche, boit de la vodka, fume, lit beaucoup, des philosophes, des polars pour souffler. Surtout, il tient son journal quotidien qu’il offre dans ce livre impressionnant qui emporte le lecteur sur des rives inconnues, du cœur de l’hiver au réveil du printemps.

Jean-Paul

 

PS : Si vous avez vu le film adapté du roman par Safy Nebbou, avec Raphaël Personnaz, il faut vraiment lire le livre car la réalité de l'expérience vécue et racontée par Sylvain Tesson est sensiblement différente.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article

commentaires