Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 09:51

Petit pays    par    Gaël Faye

Grasset (2016), 215 pages.

Prix Goncourt des Lycéens

 

Quelle stupidité cette notion de races humaines comme le prologue de Petit pays le démontre si simplement ! Encore bien vivace dans beaucoup de cerveaux, elle est cause de tant de souffrances, de haine, de massacres inutiles qu’il faudra bien un jour finir par s’en débarrasser.

 

 

À sa manière et avec beaucoup de talent, Gaël Faye (photo ci-dessous) y contribue dans un premier roman fort réussi et justement récompensé par le Prix Goncourt des Lycéens. Gabriel est le narrateur d’une histoire qui emprunte beaucoup au vécu de l’auteur mais, comme il l’a précisé, ce n’est pas une autobiographie.

 

 

Le retour au pays obsède Gabriel et il oppose le réel des images à la vérité. Ses souvenirs remontent et il raconte son père, petit Français du Jura accomplissant son service civil en Afrique et qui épouse Maman, si belle. « Aimer. Vivre. Rire. Exister. » Ils sont trop jeunes dans ce Burundi voisin du Rwanda, le pays de Maman, où, déjà, on se déchire.

 

 

La visite chez Jacques, au Zaïre où ils font bombance, est éloquente avec les propos racistes qu’entendent Gabriel (10 ans) et sa sœur Ana (7 ans). Jacques affirme : « Je suis plus Zaïrois que les nègres » et affuble Évariste, son cuisinier de noms de singes…

 

 

Les épisodes se succèdent avec le vol de son vélo tout neuf et cet égoïsme que Gaby regrette… trop tard. Le chapitre sur les jumeaux revenant de chez leur grand-mère, à la campagne où ils ont été circoncis par surprise fait sourire contrairement au comportement de son père qui, après avoir payé les soins de Prothé, son cuisinier, retient l’argent sur ses prochains salaires…

 

 

À l’école française de Bujumbura, Gabriel correspond avec Laure, en France, et ses lettres sont justes et émouvantes. Les liens avec la famille maternelle restée au Rwanda sont maintenus. Hélas, la guerre y fait rage. Gaby et ses copains ne peuvent ignorer ce qui se passe même s’ils adorent chiper les mangues des voisins.

 

 

Le 1er juin 1993, les Burundais votent pour la première fois et donnent la victoire au Frodebu, victoire que l’armée et l’ancien président semblent accepter. L’embellie ne dure pas : « Nous ne le savions pas encore mais l’heure du brasier venait de sonner, la nuit allait lâcher sa horde de hyènes et de lycaons. »

 

Le nouveau président est assassiné et la folie meurtrière est lancée. Au Rwanda où il se rend en famille pour un mariage, les massacres à venir sont annoncés par Radio 106 FM lorsque l’animateur déclare : « Les cafards doivent périr. » Un barrage militaire ajoute une tension extrême. Sa mère, dotée d’un passeport français, se fait traiter de « femelle serpent ! » et on lui demande de saluer bien bas « notre ami tonton Mitterrand ! »

 

 

Après l’accident d’avion tuant les présidents rwandais et burundais, tante Eusébie raconte : « Partout dans le pays, les Tutsi étaient systématiquement et méthodiquement massacrés, liquidés, éliminés. » L’auteur ajoute : « Chaque jour, la liste des morts s’allonge, le Rwanda était devenu un immense terrain de chasse dans lequel le Tutsi était le gibier. » La mère de Gabriel voyait disparaître son peuple et ne pouvait rien faire…

 

 

Décrivant le comportement de ses copains, Gaby montre comment l’engrenage de la violence gagne chaque jour jusqu’au moment où il faut tout laisser pour ne revenir que vingt ans plus tard dans un pays où tant de blessures ne peuvent se refermer et Gaby confie : « Je tangue entre deux rives… »

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article

commentaires