Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 09:33

Le Niçois   par   Joann Sfar

Michel Lafon (2016), 279 pages.

 

Quelques semaines avant que paraisse Comment tu parles de ton père, Joann Sfar a publié Le Niçois, un livre dont on a peu parlé et qui contient pourtant aussi quelques pages émouvantes mettant en scène André Sfar, son père.

 

Cette histoire un peu folle, souvent burlesque et truculente pourrait être traduite en bande dessinée, ce qui serait assez jouissif avec un tel auteur. En attendant, elle se lit bien et offre un bon moment de détente. Quand elle a été écrite, pour donner une autre image de Nice, elle ne pouvait tenir compte du drame qui a endeuillé la ville et la France le soir du 14 Juillet 2016.

 

Bien que le héros se nomme Jacques Merenda, on pense tout de suite à Jacques Médecin (1928 – 1998) qui fut maire de Nice de 1965 à 1990 et dut fuir en Uruguay pour tenter d’échapper à la justice qui le poursuivait pour corruption.

 

Dans l’avant-propos, Joann Sfar prévient que son livre n’est pas une enquête sur l’ancien maire de sa ville mais qu’il parle de l’univers de Jacques Merenda. Ainsi, son texte est émaillé de nombreuses phrases bien senties et tellement justes : « Le Niçois, depuis toujours, payait en liquide. Cette arme l’avait sauvé tant de fois. » Un peu plus loin, il avoue : « Je ne peux pas être raciste ! J’aime tous les individus inscrits sur les listes électorales. »

 

Loin de la France, Merenda n’a qu’une obsession : revenir à Nice car il ne supporte plus cet exil fiscal. Seulement, Christian Lestrival, le maire actuel, ancien champion motocycliste, qu’on appelle Le Pitchoun, ne veut pas de ce retour. «Il n’aura pas l’investiture du RPR. Enfin, de l’UMP, enfin, des Républicains. Qu’est-ce qu’ils peuvent être cons à changer de nom tout le temps ! Le PS et la Vache qui rit ont le même label depuis longtemps et c’est plus simple pour l’usager. »

 

Jacques Merenda va chercher le soutien du Docteur Bouchoucha, chef de la délégation communiste du conseil municipal, à qui il promet de faire bien plus que les 4 % obtenus à chaque élection… Zéphyrin Éloïse Nguesso, orphelin béninois, élevé à Nice, avocat brillant mais noir et donc sans travail, est recruté par Lestrival mais se retrouve aux côtés de Merenda.

 

Ensemble, ils vont chercher André Sfar, à l’hôpital SR Roch. Merenda veut son ancien adjoint au domaine communal qui lutte depuis quinze ans contre la maladie de Parkinson. André Sfar n’a pas oublié qu’il s’était allié à Merenda pour combattre le FN mais celui-ci a reçu JM Le Pen à la mairie…

 

Ils se rendent dans le quartier de l’Ariane où Merenda n’a jamais mis les pieds. André Sfar a vu se dégrader tout l’encadrement social : « En les entassant dans les mêmes quartiers, on avait appris aux Maghrébins à haïr les Maghrébins… des habitants victimes d’un racisme sanguinaire dès qu’ils mettaient un pied en centre-ville. »

 

C’est un débat organisé par le Front de Gauche entre Edwy Plenel et Tariq Ramadan qui motive la venue de Merenda, Bouchoucha, Zéphyrin et Sfar mais Ramadan n’est pas là et le débat va se focaliser entre l’ancien maire et le journaliste…

 

Pendant ce temps, Lestrival tente de pousser les néonazis à intervenir. Après un passage chez les parrains niçois et de précises descriptions de la ville, laissons au lecteur découvrir une chute surprenante pour cette histoire pas aussi rocambolesque que cela.

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article

commentaires