Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 17:03

Le banquet des affamés   par   Didier Daeninckx

Nrf - Gallimard (2012), 232 pages.

 

Qui connaît Maxime Lisbonne (1839 – 1905) ? Ce héros de la Commune, compagnon de Louise Michel, méritait d’être sorti de l’oubli, ce qu’a fait Didier Daeninckx avec son talent habituel dans Le banquet des affamés.

 

 

Sans tergiverser, l’auteur donne la parole à son héros qui s’est toujours dressé contre le mensonge. « Bohème, mauvais soldat, criminel vulgaire, incendiaire et assassin », l’a qualifié le capitaine Charrière, commissaire du gouvernement auprès du conseil de guerre. Cela a beaucoup choqué notre homme qui ne reconnaît qu’un mot dans cette liste : bohème.

 

 

Dès l’âge de 16 ans, il était engagé dans la troupe de Napoléon III au siège de Sébastopol où le choléra faisait plus de victimes que la guerre. Affecté au théâtre Zouave, il découvre sa vraie vocation et il signe pour sept ans ce qui l’emmène en Italie puis en Syrie où un officier découvre que son nom cache un changement de patronyme effectué par son père, juif expulsé de Lisbonne, changeant son prénom, Jacob, pour Auguste.

 

 

Conter toutes les aventures vécues par Maxime Lisbonne serait bien trop long. Il faut noter simplement qu’il épouse Élisa Dodin en 1866 et reconnaît leur fils, Félix, qui a déjà 10 ans. Il se lance dans l’organisation de spectacles mais la situation politique de la France est très chaotique. Paris est assiégée le 1er septembre 1870 et Napoléon III hisse le drapeau blanc à Sedan. La République est proclamée. Victor Hugo revient après dix-huit ans d’exil.

 

 

Hélas, la famine sévit dans Paris et Maxime Lisbonne ne peut rester indifférent : « Je n’avais qu’un désir en combattant : aider à la conclusion d’une paix honorable et rentrer la tête haute dans la vie civile, consacrer mon existence au théâtre. »

 

 

Commence alors une lutte sans merci entre la Commune et les Versaillais dirigés par Adolphe Thiers. « Ferry l’affameur » a fui et notre homme déplore un attentisme qui se révèlera néfaste. Thiers fait tirer sur Paris. C’est la guerre civile. Maxime Lisbonne (photo ci-dessous) est un meneur d’hommes, se battant au milieu des cadavres et des ruines.

 

 

 

Pour protéger Henri Bauër, fils naturel d’Alexandre Dumas, il se laisse accuser d’avoir fait brûler la rue Vavin et cela va le poursuivre longtemps. Blessé grièvement, il a la gangrène et demande à ce que soit inscrit, sur sa tombe : « Maxime Lisbonne, Colonel de la Commune, membre du Comité central. »

 

Le 25 janvier 1873, il embarque, à Toulon, avec 360 forçats de droit commun et 60 déportés de la Commune pour Nouméa et l’île de Nou, matricule 4589, où il retrouve Louise Michel quelques mois plus tard. Il est choqué par ce qui est écrit sur la Commune par George Sand, Flaubert, Théophile Gautier, les Goncourt, Dumas fils.

 

 

Les conditions de vie sont très dures mais, en France, Hugo, Zola, Raspail, Jules Guesde, Clémenceau, Naquet… demandent la clémence pour les déportés de la Commune. Enfin, après sept ans, il revient, prend la parole à la gare Montparnasse et retrouve Élisa. Tous les deux, ils reprennent la vie théâtrale, organisant ce fameux Banquet des affamés pour les malheureux du VIIIe arrondissement.

 

 

Retiré à La Ferté-Alais, il meurt à 66 ans, peu après Louise Michel et seul, le journal L’Humanité lui rendra vraiment hommage.

Jean-Paul

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article

commentaires