Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 09:16

La petite femelle   par Philippe Jaenada

Julliard (2015). 714 pages

 

« Les défenseurs de la Loi, les chevaliers intègres de la Justice, je crois qu’ils ont menti sciemment, en toute connaissance de cause puisqu’ils ont lu le dossier (espérons) : ils ont triché dans l’enceinte du plus grand tribunal de France, pour écraser une jeune femme de vingt-six ans comme une punaise. »

 

 

Philippe Jaenada est clair dès le début de ce livre passionnant tellement il foisonne de détails, de précisions recherchées et trouvées grâce à un énorme travail, d’humour aussi ce qui détend bien le lecteur découvrant l’engrenage infernal de la vie de celle qui fut « une éclaireuse » qui a vaincu finalement car « les rues sont pleines de paulines. »

 

 

Le cinéma et d’autres auteurs se sont déjà emparé de l’histoire de Pauline Dubuisson et Philippe Jaenada n’hésite pas à se confronter à ceux qui l’ont précédé, sans complaisance et avec un souci constant de la vérité, écartant tout ce qui a été romancé, même si cela était fait avec talent, comme par Jean-Luc Seigle dans Je vous écris dans le noir, livre « volontairement faux », récréant Pauline.

 

 

Au cours de son récit, l’auteur n’hésite pas à citer des événements, à raconter d’autres histoires, à détailler d’autres vies inspirées par son enquête qui commence dans la villa Les Tamaris, à Malo-les-Bains, commune détachée de Rosendaël puis rattachée à Dunkerque en 1969.

 

 

Pauline qui est née le 11 mars 1927, « dix mois après Marylin Monroe, quatre avant Simone Veil… », aura bientôt 14 ans. Il décrit minutieusement sa famille, détaille ses ascendants. André Dubuisson, son père, l’a élevée. Cet ingénieur revenu de la Première guerre mondiale comme colonel et officier de la Légion d’honneur a déjà eu trois garçons avec Hélène Hutter, son épouse, membre d’une famille où « il y a plus de pasteurs que de saucisses à Francfort » et aussi de la consanguinité.

 

 

Il est indispensable d’insister sur ce que fut l’enfance de Pauline avec une mère qui ne sort pratiquement pas de chez elle et un père « intelligent et cultivé, rude, exigeant et directif… par conséquent autoritaire… Le colonel Dubuisson est austère, il est à l’austérité ce que l’eau est à l’humidité… Dès les premiers jours, il l’aime comme la mère juive de légende aime son fils. Il va en faire son double féminin, en l’améliorant. »

 

 

Elle ne va pas à l’école. C’est une préceptrice qui s’occupe d’elle avant que son père prenne le relais. Il lui inculque que la vie est un combat et qu’il faut être fort parmi les forts, contrôler ses réactions spontanées, réprimer ses élans. Il « en fait à la fois sa prisonnière et la reine de la maison. » Elle n’a que 7 ans et sera inscrite au collège l’année suivante avec deux ans d’avance mais « elle choque élèves et profs, on la trouve anormale, sèche, brutale, déjà cynique… » Précisons que sa mère l’appelle Paulette car Pauline, elle n’aime pas ce prénom. Les temps ont bien changé…

 

 

L’histoire de Pauline Dubuisson est lancée et elle se poursuit, très détaillée. Les Allemands occupent Dunkerque, une ville qui sera la dernière libérée, en France, le 9 mai 1945 et Pauline a le tort de vouloir vivre sa vie…

 

 

Une vie comme la sienne est très difficile à résumer car les drames qui la jalonnent méritent des explications fouillées, ce que Philippe Jaenada réussit parfaitement. Il faut lire La petite femelle pour enfin connaître la vérité sur une histoire qui a défrayé la chronique, en France, pendant plus de dix ans.

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article

commentaires