Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 13:56

Le rapport de Brodeck par Philippe Claudel

Stock (2007). Prix Goncourt des Lycéens 2007. Le Livre de Poche (2009). 348 pages.

 

Dans ce roman qui a bien mérité le Goncourt des Lycéens, Philippe Claudel reste aussi très imprécis sur les lieux où se déroule l’histoire. Nous sommes au cœur des montagnes, vraisemblablement en Autriche, près de la frontière allemande et Brodeck est désigné par les autres habitants pour rédiger un rapport après l’Ereigniëis, la chose qui s’est passée… « J’ai appris à ne pas trop poser de questions. J’ai aussi appris à me parer de la couleur des murs et celle de la poussière des rues. Ce n’est guère difficile. Je ne ressemble à rien. »

 

 

Au début de l’automne dernier, juste un an après la fin de la guerre, est arrivé celui que tous ont appelé l’Anderer, l’autre, un étranger, venu s’installer dans la seule auberge du village. Il était accompagné de son cheval, Monsieur Socrate, et de son âne, Mademoiselle Julie.

 

 

Dans ce village difficile d’accès, tous les drames causés par la lâcheté humaine se sont concentrés et l’histoire nous en révèle une cascade. Brodeck raconte et ses souvenirs, même les plus terribles remontent. Pourtant, le village s’était cotisé pour lui payer des études à la Capitale où il assiste aux premières manifestations pour réclamer du pain et du travail. Le sang est versé devant le Parlement. C’est là qu’il rencontre Emélia qui deviendra sa femme. S’enchaînent pillages et massacres car la haine envers les étrangers et l’antisémitisme poussent aux crimes les plus abjects.

Brodeck a fui à temps, son meilleur ami, Ulli, étant passé dans le camp des bourreaux. Hélas, les soldats du pays voisin arrivent et s’installent dans le village et le discours du capitaine Buller ne laisse aucun doute : « Notre race est la race première, immémoriale et immaculée, ce sera la vôtre aussi si vous consentez à vous débarrasser des éléments impurs qui sont encore parmi vous… »

 

Brodeck est livré aux bourreaux : « C’est bien la peur éprouvée par d’autres, beaucoup plus que la haine ou je ne sais quel autre sentiment, qui m’avait transformé en victime. » Son récit de sa déportation est terriblement réaliste et très émouvant. Il raconte aussi son retour et enfin le sort de ce fameux rapport sur cet Anderer dont la fin a été tragique.

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article

commentaires