Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 16:28

Re-Vive l’Empereur ! par Romain Puértolas

Le Dilettante (2015). 350 pages

 

Il faut se laisser prendre par ce roman apparemment complètement loufoque, le quatrième livre de Romain Puértolas (photo ci-contre) qui nous avait fait rire avec L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, tout en posant le problème du traitement infligé aux migrants.

 

Re-Vive l’Empereur s’empare du mythe napoléonien pour faire revenir Bonaparte et c’est désopilant tout en atteignant un niveau nettement plus élevé de réflexion à propos des djihadistes qu’il va tenter de vaincre ou plutôt de convaincre.

 

Bien sûr, notre homme est très surpris par tout ce qu’il découvre. Il devient accro au Coca light qu’il nomme « le Champagne noir » mais n’apprécie pas du tout l’invasion de l’anglais : « Se pouvait-il que la France fût devenue une annexe de l’Angleterre ? »

 

C’est un Corse, le professeur Bartoli, membre de la CGT, la Confédération des grognards tristes, qui l’accueille pour le ramener sur son île mais, à l’aéroport : « Les pièces de métal semblaient avoir été remplacées par des cartes rectangulaires qu’il suffisait d’introduire dans la fente de petits boîtiers. »

 

Notre pays est troublé après les assassinats à L’Hebdo des Charlots. Il se souvient qu’il faisait arrêter les caricaturistes et fermait les journaux… « L’abeille impériale avait le bourdon » et décide de « partir en guerre contre les djihadistes et de sauver la France. »

 

Bonaparte découvre les crèmes corporelles, le T-shirt et en passe un à l’effigie de Shakira. Il se rend aux Invalides où il apprécie sa statue et récupère son bicorne puis se rend à l’Elysée car il lui manque le plus important, son armée.

 

« La dernière fois qu’il avait vu le palais de l’Élysée, c’était le 25 juin 1915 » et c’était « sa maison » La rencontre avec François Hollande est cocasse. Il le trouve « Ahuri mais sympathique. » Serge Lama est convoqué ainsi que Nicolas Sarkozy : « il avait enfin trouvé plus petit que lui », et plusieurs historiens.

 

N’obtenant rien de concret du côté officiel, il décide de se débrouiller tout seul, recrutant des danseuses du Moulin Rouge, un balayeur et l’imam de la Grande mosquée de Paris. Il apprécie de voir l’Arc de Triomphe terminé et va loger dans un Formule 1. Il recherche des descendants et, au passage, il règle son compte au FN : « Le mot immigré ne veut rien dire, la chose la plus importante est de se sentir Français » et précise : « Je ne voterai jamais FN. – Pourquoi ? – Parce que je n’ai pas envie de revenir à mon époque. »

 

Finalement, il apprécie la France d’aujourd’hui : « Plurielle mais unie, Multiculturelle, colorée, elle s’était enrichie du mélange au long de toutes ces années. »

 

Sa Nouvelle Grande Armée est ainsi et elle part en expédition dans le repaire de l’ours de Mossoul. Là-bas, l’aventure rocambolesque offre des pages importantes sur le rôle des religions et leurs chimères : « Il était vrai que toutes les religions avaient une conception anthropomorphique de leur dieu. »

 

Quand on rappelle au grand chef djihadiste toutes les atrocités commises au nom d’Allah, la question mérite d’être posée : « Qui es-tu pour défaire ce qu’Allah a fait ? », constatant plus loin : « Les caricaturistes de L’Hebdo des Charlots avaient raison, c’est dur d’être aimé par des cons. »

 

 

Finalement, sous une apparence loufoque, Re-Vive l’Empereur pose les bonnes questions et apporte une solution que nous aimerions tant voir se réaliser, même sans Napoléon !

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article

commentaires