Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 13:21

Le Choix BD par Désirée et Alain Frappier

La ville brûle (2015) 119 pages.

 

40 ans, jour pour jour, après le discours sur l’avortement prononcé par Simone Veil à l’Assemblée nationale, le 26 novembre 2014, Désirée et Alain Frappier envoyaient les fichiers de leur livre à l’imprimeur… Pourtant, malgré tout ce temps passé et tant de luttes menées par les femmes pour conquérir le droit de choisir de procréer ou pas, ce droit est toujours menacé par les intégrismes de toutes sortes.

 

 

 

L’histoire intime commence à la première personne du singulier. Celle qui raconte, entre en cinquième et voyage : « J’ai une carte famille nombreuse… Mais je voyage toujours seule. Je change souvent d’école… et souvent de famille. 1970 est une bonne année. C’est ma grand-mère qui me récupère sur le quai de Biarritz-la-négresse. » Elle s’appelle Désirée : « C’est curieux de s’appeler Désirée quand on ne veut pas de toi. »

 

 

Le dessin, en noir et blanc, est sobre, efficace, précis. Il permet de suivre cette adolescente qui arrive dans un lycée climatique pour jeunes filles asthmatiques où elle commence à… fumer et entend parler pour la première fois d’avortement : « Hélène, tombée enceinte d’un garçon de terminale… Elle avait trop peur d’en parler à ses parents. Elle a trouvé une adresse pour se faire avorter… Mais le soir, elle n’est pas revenue… Elle est morte ? Non, sauvée de justesse ! Une pionne l’a retrouvée baignant dans son sang, dans une chambre d’hôtel. »

 

 

Elle lit Sand, Balzac, Zola, Maupassant puis rencontre Mathilde qui fait partie du MLAC (Mouvement pour la libération de l’avortement et de la contraception.) Elle parle de l’appel de 343 femmes qui ont eu le courage, en 1971, de signer le manifeste : « Je me suis fait avorter ». Si les actrices ou les écrivaines n’ont pas été inquiétées, les intérimaires de l’enseignement ou de l’administration ont été brutalement renvoyées après la publication du manifeste.

 

 

Ainsi, au travers du parcours de cette jeune fille, nous suivons l’actualité, les procès comme celui de Bobigny, l’opposition de l’Ordre des médecins, le combat de Gisèle Halimi, avocate, et celui de Simone Veil devant une Assemblée composée de 469 hommes et 9 femmes ! Si la loi est votée en novembre 1974, elle n’entre en application que le 17 janvier 1975 mais l’hôpital Cochin, par exemple, refuse de l’appliquer.

 

 

« Les enfants portent les silences de leurs mères. Des silences qui se transforment en chagrins qui durent » et le dessin est très noir. Annie Ernaux publie L’événement, un livre boudé par les médias. Elle écrit : « Je n’ai jamais eu honte. J’ai davantage souffert du silence autour de mon avortement. Une immense solitude entoure les femmes qui avortent. »

 

 

 

 

Les différentes méthodes pour avorter sont détaillées mais ce qui est essentiel, c’est : « connaître notre corps et ne pas l’abandonner au pouvoir médical. » Il faut enfin citer Anne Joubert, texte ajouté dans les rencontres, à la fin du livre : « Tout ce qui a été acquis par la lutte des femmes peut être remis en cause à chaque instant par l’ordre moral et le pouvoir patriarcal. »

 

Merci à Vincent pour nous avoir offert ce roman graphique si important.

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article

commentaires