Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 07:53

La mort n’oublie personne par Didier Daeninckx

Folio policier (2014) 189 pages. Denoël (1989)

 

La mort n’oublie personne, « Ce cri contre l’injustice », comme nous l’a dédicacé Didier Daeninckx, lors de Sang d’encre 2014, à Vienne, débute à Blavaincourt, le 8 mars 1963, dans une école professionnelle des Charbonnages de France. Le jeune Lucien Ricouart n’en peut plus d’être toujours traité de « fils d’assassin » et il prend la fuite pendant que la troupe charge une manifestation de mineurs…

 

 

Le jeune Lucien est retrouvé noyé après avoir écrit, sur la terre : « Mon père n’est pas un assassin. » Le récit revient alors en arrière, le 20 juin 1944, à Cauchel, et c’est Jean Ricouart, père de Lucien, retraité, qui raconte. Il avait 17 ans et résistait contre l’occupant. Ayant suivi Moktar pour tuer un soldat allemand, le coup tourne mal et Moktar est abattu alors qu’il protégeait la fuite de son jeune camarade. Ce dernier est obligé de se cacher, trouve l’amour avec Marie et, chez le facteur Lenglart qui l’héberge, il découvre les lettres de dénonciation envoyées par « les bons Français » à l’occupant nazi…

 

 

Justement, une nouvelle mission, avec le Capitaine Camblain, l’emmène dans une ferme où le père est un dénonciateur et le fils, délégué cantonal de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme. Auparavant, une autre mission, chez un imprimeur, ne s’était pas bien passée… Le 5 juillet 1944, Jean Ricouart est arrêté par les Miliciens, battu et torturé. Il se retrouve dans la prison de Loos-lès-Lille où un co-détenu, instituteur, s’occupe de lui : « Il me fit connaître Rimbaud et Trenet, Fréhel et Apollinaire. »

 

 

« On nous transféra la veille du 14 Juillet, au petit matin. Les matons, des Français pour la plupart, nous éjectèrent de nos cellules à coups de matraques et nous remirent aux Allemands… » C’est ainsi que commence ce voyage vers l’enfer partagé avec tant d’autres et dont témoigne un numéro tatoué en bleu sur son bras. Après cinq jours d’horreur, c’est le camp de Shorfheide-Neumark puis les marches de la mort car les SS ne veulent pas laisser de traces de leurs crimes contre l’humanité.

 

Lorsqu’il revient enfin, il pèse à peine 34 kg et il est un ancien déporté de… 19 ans. Il retrouve enfin Marie et l’épouse en août 1947 mais voilà qu’il est convoqué par un juge d’instruction, accusé de complicité de meurtre et jeté en prison ! Il sont six anciens résistants devant un jury composé de riches paysans, de commerçants et de notables, « Le Peuple français jugeait en toute sérénité des inconnus venus du pays des gueules noires, les assassins d’un fermier et d’un notable… Les jurés qui avaient dormi sur leurs deux oreilles entre 1940 et 1944 après avoir compté l’argent du marché noir… »

 

 

L’avocat général et les juges étant d’accord entre eux, ils sont tous condamnés mais des années après, la bêtise et la méchanceté ont tué un jeune homme qui ne supportait pas la calomnie. Après d’inattendues révélations, l’épilogue arrive enfin. Il faut lire La mort n’oublie personne car ce que décrit Didier Daeninckx est toujours d’actualité, hélas.

Jean-Paul

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article

commentaires