Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 10:50

Ce samedi 5 décembre 2015, nous étions très nombreux autour de Jean-Paul et de sa famille pour marquer son retour à une liberté dont il n'aurait jamais dû être privé. L'ambiance, très chaleureuse, était pleine de joie et d'émotion. Une chanson écrite tout spécialement pour l'occasion par Jean-Luc donnait la note de la soirée qui sera marquée par la remise d'un superbe cadeau à Ghislaine afin de leur permettre, à tous les deux, de découvrir d'autres paysages puis Jean-Paul disait son ressenti après tant d'années de souffrances et de luttes.

Vous pouvez en lire la première partie ci-dessous.

Jeudi 3 décembre 2015 (1ère partie)

Cette date si lointaine est enfin arrivée et même dépassée. Une date de « fin de peine », comme ils disent, mais pour mériter une peine pareille, il faut avoir commis ces actes que je suis incapable non seulement de commettre mais aussi de concevoir et c’est le mot INJUSTICE qui revient sans cesse à mon esprit.

 

 

Pendant près de 14 longues années, ma liberté a été entravée avec des degrés d’intensité qui ont varié mais qui ont atteint à plusieurs reprises, la limite du supportable. Supporter, il fallait supporter, ce qui a étonné certains mais j’y suis parvenu parce que je suis parfaitement clair avec ma conscience, et aussi parce que je n’ai jamais été seul. Cela est fondamental. Sans vous tous, je ne sais pas si j’aurais résisté à de pareils traumatismes.

 

 

Ghislaine d’abord, a été formidable d’amour, de patience et de constance avec, au quotidien, le soutien d’Éric et Cathy si précieux en mon absence. Sa présence à mes côtés m’a apporté stabilité, optimisme et une immense confiance bien complétée par nos enfants, leurs compagnes et nos petits-enfants. Vincent et Simon ont pris de plein fouet ce cataclysme qui s’abattait sur moi au moment où ils débutaient dans le si beau et si difficile métier d’enseignant. Tout ce temps passé à souffrir et à lutter, c’est pratiquement la moitié de leur vie qui en a été gâchée. Je n’oublie pas ma maman et mes frères et sœurs qui ont formidablement complété cet entourage familial si important pour moi. Oui, cela en a étonné plus d’un : pas une seule sœur, pas un seul frère n’a manqué pour défendre l’innocence de leur aîné.

 

 

Avec eux, il y a vous tous, le Comité de soutien, parfois décrié ou balloté mais c’était normal car rien n’était évident devant tant d’accusations mensongères. Votre présence et votre combativité, en lien étroit avec ma famille, étaient infiniment précieuses d’abord sur le plan moral puis pour nous aider à faire face aux frais exorbitants engendrés par cet incroyable cauchemar. J’estime qu’au total 100 000 € ont été dépensés car il ne faut pas oublier l’Autonome de Solidarité qui a assuré ma défense complète à Privas puis, seulement, pour le regretté Maître Vesson, à Nîmes.

 

 

Vous avez été présents durant tout ce temps en participant avec une générosité extraordinaire à toutes les manifestations organisées à Tournon, Ozon, Annonay, à Saint-Vallier, à Arras et enfin au Grand Mûrier, en septembre dernier. Déployant tous leurs talents d’artistes, Alain Hiver, Huguette Betton et Élodie Tourrel présents parmi nous ce soir, mais aussi Gérard Morel, Marc Nouaille, Patrick Mazellier, Agnès Dalençon, Alain Lescroart, Laurent et Christian Sanchez dit Quinou et le groupe Cantar, n’ont pas hésité à venir chanter ou jouer pour moi, pour nous ou même danser comme Les Pas perdus, le groupe de Roland et Dany. Je ne sais comment les remercier d’autant de générosité.

(à suivre...)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article

commentaires