Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 12:36

Extra pure (Voyage dans l’économie de la cocaïne)

par Roberto Saviano. nrf, Gallimard (2014), 454 pages.

Traduit de l’italien par Vincent Raynaud.

 

Roberto Saviano, l’auteur de Gomorra, vit sous protection policière depuis plus de huit ans. À la fin d’ Extra pure, il note : « Merci à Salman Rushdie qui m’a appris à être libre même entouré de sept hommes armés. » Enfin, ces pages très émouvantes de remerciements se terminent ainsi : « Merci à ma famille qui paie par ma faute un prix exorbitant. Malgré tous les remerciements du monde, je ne pourrai jamais me faire pardonner et je le sais. »

 

 

Ces remerciements de l’auteur sont le reflet des risques pris et des souffrances endurées : « J’ai observé l’abîme et je suis devenu un monstre… Fouiller. Déchirer. S’enfoncer… Les parrains, les massacres, les procès. Les tueries, les tortures, les cartels. Les dividendes, les actions, les banques. Les trahisons, les soupçons, les délations. La cocaïne… La vie qui m’est échue est une vie de fuyard, de coureur d’histoires, de multiplicateur de récits. Une vie sous protection, une existence de saint et d’hérétique… »

 

 

Fruit d’un énorme travail de recherche et d’enquête très poussées, Extra pure commence par un constat d’une lucidité effroyable : « La coke, quelqu’un autour de toi en prend… » Suit une énumération qui n’oublie personne et balaie toutes les professions, jusqu’aux plus prestigieuses.

 

 

Après, il faut suivre l’auteur dans ses recherches, ses récits foisonnant de noms, de lieux, d’histoires terribles, sanglantes où un seul dieu règne en maître : l’argent. Il n’élude aucune responsabilité comme celle des USA ordonnant aux gomeros, paysans d’Amérique centrale, de cultiver à nouveau le pavot parce que ce pays avait besoin de morphine pour la guerre. Le Mexique a dû fournir plus d’opium et, peu à peu, se sont mis en place les cartels, groupes gérant la production de cocaïne, encaissant les profits, contrôlant prix et distribution. Les saisies policières donnent une idée bien faible par rapport à la réalité. Le Mexique est à l’origine de tout mais, comme une gangrène, la coke a contaminé le monde entier et Roberto Saviano en décortique les filières, « cette folie meurtrière sans limites vers laquelle le trafic de drogue a poussé le Mexique aujourd’hui. »

 

 

La cocaïne rapporte cent fois plus que les meilleures actions en bourse avec « un océan d’esclaves interchangeables qui perpétuent un système d’exploitation dont seuls quelques-uns profitent… L’économie de la coke croît sans limites et se glisse partout. » L’auteur n’oublie pas le blanchiment de l’argent : « Aujourd’hui, New York (Wall street) et Londres (la City) sont les deux plus grandes blanchisseries d’argent du monde. »

 

 

Enfin, il y a le continent africain : « L’Afrique est au Mexique ce qu’un hypermarché est à un grossiste de denrées alimentaires. La cocaïne est comme l’une des épidémies qui se sont répandues sur tout le continent africain à une vitesse effrayante. »

 

 

Roberto Saviano rappelle le souvenir de Christian Poveda, abattu par les maras, gangs de rue les plus dangereux du monde, après avoir tourné son fameux documentaire La vida loca. « Raconter, c’est mourir » mais devant l’ampleur du désastre, il débat du problème de la légalisation et se dit favorable à cela afin de casser la spéculation, la loi de l’offre et de la demande.

 

 

Extra pure est une livre dont on ne sort pas indemne mais Roberto Saviano note : « Du respect pour ceux qui lisent… Connaître, c’est commencer à changer. »

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article

commentaires