Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 11:00

Au nom de notre bonne foi ! par Daniel Berthet

Première guerre de religion - 1562 - De Forcalquier à Grenoble

Kariel B. éditions (2015) 234 pages

 

Délaissant l’époque récente remarquablement mise en scène dans Porteurs de rêve, Daniel Berthet revient dans la région qui lui est chère, plongeant à nouveau « dans le passé pour se détacher de l’absurde du présent… », afin de pouvoir « continuer à vivre et espérer. »

 

 

Nous nous attachons aux pas de Tienot qui n’a que 12 ans et marche aux côtés de son père, le Borgne, et des vieux Fougasse. De Forcalquier à Sisteron, ils conduisent un vieux fardier tiré par le Noiraud, un cheval qui aura son importance avant la fin du livre.

 

 

Nous voilà plongés en pleine guerre civile entre protestants et catholiques, même si certains chefs peuvent passer d’un camp à l’autre par pur opportunisme. Les premières victimes sont, bien sûr, les gens du peuple devant subir batailles, ruine de leur cité mais aussi faim et perte d’êtres chers.

 

 

Dans Sisteron, les conditions de vie sont de plus en plus dures avec la peste qui sévit toujours. Corisande de Gaussan, la châtelaine voisine, a délaissé « les parpaillots » pour le camp catholique, séduite par le comte de Tende, père de Sommerive, lieutenant-général du Roi. Corisande saura se venger de l’affront qu’elle subit mais révèle aussi l’existence d’un trésor des Templiers.

 

 

Furmeyer et Mauvans, capitaines protestants, font appel au baron des Adrets, François de Beaumont, et partent pour libérer Grenoble. Quand la troupe quitte Sisteron pour le Dauphiné, Tienot s’engage. Le passage par Gap n’est pas sans souci. L’attaque de Tallard donne l’occasion à l’auteur de nous livrer une scène mémorable.

 

 

Peu de temps après, Tienot sympathise avec le fils du notaire des Disguières. Il l’appelle les Disguières et c’est sous ce nom que François de Bonne passera à la postérité. Corps, La Mûre, Laffrey, Vizille, Tienot supervise les attelages et se lie avec Joue-creuse et Cœur-en-joie qui lui apprennent une incroyable nouvelle.

 

 

Se confiant à Lesdiguières, Tienot lâche : « Mais moi, simple fils de charretier, je n’ai jamais fait confiance qu’en ma bonne Étoile, à l’image de mon père. » Il ajoute qu’il n’est « ni huguenot, ni catholique » et pose la question : « Pourquoi se battre pour une religion ? » Son ami lui confirme ce qu’il pressent : « La religion n’est qu’un moyen de convaincre le peuple d’aller se faire tuer, pas une fin en soi ! L’histoire des croisades le prouve. » D’ailleurs, quelques années plus tard, Lesdiguières se convertira au catholicisme pour devenir connétable de France.

 

 

Tout au long du livre comme au fil des péripéties qui nous mènent jusqu’à la fin de l’aventure où une certaine Adèle prend une grande importance, Daniel Berthet sait bien mettre son lecteur dans l’ambiance de l’époque, utilisant un vocabulaire adapté. C’est ainsi qu’il nous parle d’éfourceau, de haquet, d’absconse, de souquenille, de fourquine, d’andrônes, etc…

 

 

Ainsi, Au nom de notre bonne foi, tout en nous faisant revivre quelques siècles en arrière, donne de belles leçons pour les temps si difficiles que nous vivons.

Jean-Paul

PS : Pour tout renseignement complémentaire, se reporter à notre chronique du 20 octobre dernier.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article

commentaires

Daniel 22/11/2015 21:02

Merci Jean-Paul pour cette belle chronique